Investir en Roumanie Investir en Roumanie  
 
Vous êtes dans Accueil Articles et analyses

Les domaines les plus touchées par la crise en 2009


Le  lundi 24 novembre 2008

- L’industrie des vêtements sera la plus touchée par la crise, ses représentants anticipant des réductions de la production jusqu’à 30%.
- La Roumanie ne va pas entrer en récession, mais elle réduira sa croissance économique.
- L’investissement étranger sera réduit de 20% pour l’ensemble de la région.
- La récession de la zone euro ne pourra réduire le PIB que de 0,5%.

Dans le scénario le plus pessimiste de la crise, l’économie roumaine ne va pas entrer en récession en 2009, mais ce sera la neuvième année de croissance économique, tous les analystes économiques l’affirment. Les estimations de la croissance économique passent d’un scénario optimiste de 6,1% affiché la Commission des Prévisions, une augmentation du PIB de 3,8%, donnée par les analystes de chez ING Roumanie. Le frein de l’économie de 9%, ce que ce sera cette année, jusqu’à au moins 6% sera du à la réduction de affaires dans de nombreux domaines. Toutes les estimations des représentants des sociétés d’affaires sont maintenant en train d’hésiter, parce que tout le monde attend de voir comment l’économie mondiale va évoluer.

Certaines industries ont déjà fait les calculs par rapport à la crise. Ainsi, le marché automobile en Roumanie pourrait enregistrer en 2009 une diminution de 11,5%, à un niveau similaire à celui de 2006 en raison de la crise économique et les conditions actuelles du marché dans le pays, selon les calculs du directeur général de "Automobile Dacia », François FOURMONT. Le marché du bâtiment et de la construction enregistrera dans l’ensemble, cette année, une augmentation de 25-28% par rapport à 2007, et pour l’année prochaine l’estimation des représentants du secteur est plus tempérée, d’environ 10%. L’industrie de la production textile va baisser jusqu’à 30%.

La clé de l’économie, le financement étranger

La croissance par deux de l’économie roumaine au cours des quatre dernières années, de 60,8 milliards d’euros, comme l’a été le produit intérieur brut (PIB) en 2004, jusqu’à 121,3 milliards d’euros l’an dernier, a été possible grâce au capital de l’étranger qui a financé les investissements directs et les prêts accordés aux entreprises et à la population. Après que les marchés financiers dans le monde entier se sont effondrés en septembre, la « dépendance » par rapport aux capitaux étrangers augmentera la vulnérabilité de l’économie roumaine.

De plus, les exportations souffriront, parce que les grandes économies ont ralenti et réduit leur demande, les investissements étrangers de capital seront réduits et le Leu se dépréciera. Toutes les entreprises de Roumanie refont leur stratégies de développement des affaires, mais les managers ne font pas des estimations à court terme, d’un mois ou deux, parce que l’évolution à moyen terme dépend du calme des marchés financiers internationaux.

"Les investisseurs étrangers arrivent toujours et personne ne dit abandonner, juste reporter. Il est vrai, tout le monde est plus réservé et personne n’alloue autant d’argent pour des investissements au cours de cette période », a déclaré le vice-président de l’Agence roumaine pour les investissements étrangers (ARIS) Monica Bărbuleţiu. « En principe, le rythme de l’investissement étranger ne sera pas aussi grand dans les conditions dans lesquelles une grande partie est fondée sur les prêts. L’important est de voir pendant combien de temps sera-t-il ainsi. Ce peut-être une période courte de quelques mois ou bien plus », estime Bărbuleţiu.
Aujourd’hui, il est nécessaire de mobiliser les forces politiques afin que la Roumanie demeure attractive et stable, a encore dit le représentant d’ARIS."Et puis, une fois la crise finie, les investissements vont se poursuivre et la question est de savoir qui va les emporter. Je pense que nous avons de grandes chances, si l’on regarde les pays autour », a conclu Bărbuleţiu.


Page visitée 4980 fois. Version imprimable

Derniers commentaires / Poster un message 1 → Par clement , le  jeudi 11 février 2010

Franchement, votre analyse est risible, je suis de ces investisseurs étrangers qui ont tout perdu en Roumanie, vos prévisions économiques sont absurdes, d’autant quand on voit la réalité d’aujourd’hui, le mieux serait peut être d’effacer cette article qui ne crédibilise pas votre site...
Bon, c’est évident , mon commentaire ne sera pas validé, celà dit le message passera...

Oricum, asa este viata...

La revedere



2 → Par Emanuel STANCU , le  jeudi 3 juin 2010

Bonjour

Nous venons de publier votre message.

Cordialement



- 2 message(s) en réponse à cet article

Dans la même rubrique Les investissements étrangers ont augmenté l’an dernier pour la première fois depuis 2008
vendredi 18 octobre 2013

Le vieillissement de la population de la Roumanie parmi les plus rapides de l’UE
lundi 14 octobre 2013

La Roumanie a un taux d’emploi de 60 % et le chômage incroyablement stable
mercredi 2 octobre 2013

 
 
...
...