Investir en Roumanie Investir en Roumanie  
 
Vous êtes dans Accueil Articles et analyses

Le top 5 des événements économiques ayant marqué la Roumanie en 2007


Le  lundi 31 mars 2008

- 1. UE et le déficit extérieur.

L’adhésion à l’UE, au 1er janvier 2007, reste l’une de trois premières date d’une importance historique pour la Roumanie. Pour les entreprises, l’impacte se ressent dans augmentation des salaires, dans l’explosion du prix réel, et dans le maintient des investissements étrangers à un niveau élevé. Mais le plus important en absolu a été la majoration de 70% du déficit extérieur à la suite des importations, principalement des produits alimentaires, due à l’augmentation impôts douaniers. Les subventions UE en faveur des agriculteurs, pas encore accordés, pourraient être un coup de pouce
à l’accroissement de la production alimentaire autochtone.

- 2. Une mauvaise année pour l’inflation.

La sécheresse, qui a touché de vastes régions d’Europe, a mis un frein à la croissance économique, l’agriculture ayant une contribution négative au PIB de 18,3% : à 9 mois le PIB a grimpé de 5,8%, contre 7,8% un an auparavant. Pourtant, la croissance a dépassé les attentes de la majorité des analystes, les secteurs apportant une contribution substantielle étant le bâtiment, les transports, qui ont monté de presque 34%. Toujours la sécheresse a compté parmi les principales causes qui interrompue tendance de diminution de l’inflation. Le taux annuel est allé en novembre jusqu’à 6,67%, avec deux points au dessus du niveau de novembre 2006.

- 3. Nokia est arrivé

La compagnie finlandaise Nokia, le plus grand producteur de téléphones mobiles, a notofié, qu’elle comptait investir 60 mil. Euro dans la localité de Jucu, près de Cluj-napoca, pour ouvrir une usine de téléphones mobiles dans laquelle travailleraient près de 3 500 personnes. Dans le parc du Nokia Village de Cluj, vont ouvrir des unités de production plusieurs partenaires de la compagnie finlandaise, ce qui doit porter la valeur de l’investissement à plus de 200 mill. Euro. Nokia estime que l’unité de la Roumanie saura devenir opérationnel dans l’année à venir.

- 4. Le Leu - l’année la plus volatile

Les vagues émises par la crise des crédits éclatée aux Etats-Unis ont touché la Roumanie également. Le Leu a eu un automne excité, les sorties de capital des investisseurs spéculateurs ont jeté les cotations à 3,6 lei pour un euro, inversant brutalement la bonne appréciation de la monnaie nationale pendant la première moitié de l’année (le cours se portait à 3,11 lei / euro). En même temps, les crédits accordés en euros par les banques locales ont été affectés également, dans les conditions de la diminution de la liquidité internationale.

- 5. Une année « béton » dans l’immobilier

L’assouplissement des conditions du crédit ont conduit cette année à une croissance très forte de 40-50% de l’immobilier, qui cumulés avec les investissements massifs de l’immobilier ont porté à un niveau record la consommation de matériel de construction, jusqu’à près de 6,5 milliards d’euros. Pratiquement, cette année, les producteurs de ciment, de briques ou BCA ont été dépassés par la demande, ce qui les a poussé à des investissements massifs dans les capacités de production pour les prochaines années et également d’augmenter le prix de près de 15-20%. Autrement, cette année, le marché des bâtiments sera augmenté de 35%, jusqu’à 10 mld d’Euro.

Article du journal http://www.zf.ro/, traduit du roumain.


Page visitée 1609 fois. Version imprimable

Dans la même rubrique Les investissements étrangers ont augmenté l’an dernier pour la première fois depuis 2008
vendredi 18 octobre 2013

La Roumanie a un taux d’emploi de 60 % et le chômage incroyablement stable
mercredi 2 octobre 2013

Le vieillissement de la population de la Roumanie parmi les plus rapides de l’UE
lundi 14 octobre 2013

 
 
...
...